Violons d’octobre

Imprimer

Le chat tigré s’étire

près du poêle tout chaud

le réverbère 

près de la fenêtre

jette des lueurs pâles tièdes

la brise

dans les branches du platane

joue une tendre mélodie

l’automne déroule

à petits pas

ses chemins de feuilles mortes

ses chagrins et serments oubliés

suspension des heures blanches

la lune rousse blanchit 

ma nuit

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.