Eveil

Imprimer

Le roue gorge et la pie

sur l’herbe rase

sous les érables rougeoyants

les rayons du soleil

filtrés par les pins solitaires

la ville se réveille

un air frais 

chante une douce mélodie

de violon automnal

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.