Pensée aérienne

Imprimer

Fluidité soyeuse

des blancs flocons

sur les branches 
du forsythia

empilements métronomes

d’étagements de silences

le ciel s’ouvre et respire

les anges et leurs vols légers

m’emportent vers l’invisible
je retiens mon souffle

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.