Nuit mauve

Imprimer

La nuit ouvre ses portes

ses allées de marbre poli

lestées d’ombres

et de cadavres meurtris

enferment nos regards

sombres 

et de lances sertis

Des lunes incendiées

jaillissent

sur les crêtes

de nos cosmogonies intérieures

Des bouquets de chrysanthèmes

flottent sur le fleuve mauve

Des effluves lourds

et tragiques

nous arrachent à la vie

si légère

tour de carrousel

le rêve s’estompe

 

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.