Regard

Imprimer

Près du saule pleureur

le sang de quelques coquelicots

la braise rouge 

d’une coccinelle égarée

une parole dorée

d’un soleil  fou

le vent chaud

qui respire à peine

et le vol brisé

d’une hirondelle blessée

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel