Suspension temporelle

Imprimer

La forêt frémit

lentement

ondulations d’algues
et de gentianes pourprées

le ciel est descendu

entre les branchages

tout près de la mousse

perlant d’une rosée magique

les vieux arolles

terrassés par la foudre

dorment de tout leur long

entre les verts épicéas

le silence est de frais soupirs

qui rejoignent l’air vif

et coupant de l’aurore 

et de ses matines

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.