Maille à maille

Imprimer

La forêt d’octobre

traversée

de vivants brasiers

m’habite violemment

mélèzes de feux orangés

étoffe lacérée

d’où suinte

un silence d’aurore

chapelle où

vient mourir

mon oraison 

d’humble communiant

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.