Au fil de l’automne

Imprimer

Lente chute 

dans l’air atone
des feuilles fatiguées

sur un sol mouillé

Abricotiers dénudés

par la brise de vallée vespérale

le marcheur

sur le tapis végétal

avance d’un pas léger

L’heure tourne

le crépuscule

débute

ses fermentations nocturnes

un bouquet d’obscurité

flotte sur la prairie
le sommeil m’enlace

 

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.