Etirement céleste

Imprimer

Recourbement léger

du fleuve limoneux

mouvante écume de la mer 

au réveil des champs de blé mûr

le sentier est de feuilles écrasées

rouille et soufre automnal

je suis la montée du soleil

dans l’insaisissable du ciel
dans « le bleu qui est la couleur

de la Vierge Marie »

ciel miroir dans lequel

je tombe chaque jour

 

dans le soleil

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.