Présence

Imprimer

Le verdier sur la branche nue

du chêne d’or et de rouille

le chemin de terre

qui s’enfonce profondément

dans les labours d’automne

la dernière cigale est morte

les blés sont rentrés

le temps se raccourcit

comme eau fuyante

entre tes doigts fermés

 

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.