Effets saisonniers

Imprimer

Bouquet d’orties

au soir tombant

sur le vase de la commode

le passage du jour au crépuscule

al’épaisseur d’une aile d’abeille

d’un papier à cigarettes

filtre diaphane 

sur l’épiderme du jour

je roule entre mes doigts

la musique 

d’une forêt de résine
et de lait caillé

le ruisseau est

d’éclats métalliques

et de vase profonde

il emmène la lumière des glaciers

jusqu’à la mer

mauve ou pierreuse

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.