Novembre

Imprimer

Le givre matinal

dans la courbure
des herbes muettes

a piégé le silence

de la nuit d’opale

La brise de la vallée

s’est glissée 

discrètement 

dans les branchages de la clairière

murmure végétal

pour retenir la respiration

d’un ange dans le ciel blanc

Lien permanent Catégories : poésie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.